Des solutions simples et économiques pour 2,5 milliards de personnes n’ayant pas de l’eau saine

icone Nous soutenir icone Connexion

en es

Identification

Ouvrez un compte gratuit

Et profiter de tous les services en ligne de WikiWater pour tous les porteurs de projets
J'ouvre un compte
Wikiwater
Bouton menu

en

E55 - L’irrigation par hydrorétenteurs d’eau en cristaux polymères gonflants biologiques

 1) De quoi s’agit-il ?

Les hydro rétenteurs à membrane polymérique sont de petites granules qui, incorporés à la terre lors des semences, gonflent avec la pluie ou l’arrosage et retiennent l’eau. Cette technologie permet d’améliorer grandement le rendement des récoltes tout en permettant d’économiser les ressources en eau.

 2) Qui utilise surtout ce moyen et depuis quand ?

Il s’agit d’une technologie très récente qui est principalement utilisée par les agriculteurs des pays développés pour les cultures à forte consommation d’eau et/ou dans les zones à conditions difficiles (irrégularité des ressources hydriques, mauvaise qualité du sol).

 3) Qui est surtout concerné ?

Ce sont les agriculteurs. Ils l’ utilisent en obtenant de bons rendements dans de multiples domaines de la production végétale :
Agriculture, Arboriculture, Horticulture, Paysagisme, Pépinière, Reforestation, Végétalisation...
et ceci dans des conditions d’utilisations variées. En effet, on peut l’utiliser pour tous les types de culture et de climat.

 4) En quoi consiste ce procédé ? Comment est-il mis en oeuvre ?

Les hydro-rétenteurs classiques se présentent sous la forme de petits grains dont la taille peut varier entre 3mm et 1 cm de diamètre et sont vendus sous forme de pots ou de sacs de différentes contenances. Ces granulés sont incorporés directement dans le sol avec la semence (cf chapitre 9 pour les doses).


Pot d’hydro rétenteur d’après bio-inov

Chaque particule a une paroi semi-perméable qui lui permet d’absorber l’eau de 160 à 500 fois son poids sec initial. L’absorption des liquides est très rapide, mais les granulés les libèrent ensuite très lentement et en de très petites quantités. Les hydro-rétenteurs constituent donc des réservoirs de stockage d’eau et de substances nutritives et traitantes qui permettront notamment d’économiser au minimum 50% d’eau et 30% des apports de produits fertilisants ou de traitement et d’optimaliser fortement les effets sur la plante de ces apports réduits. La restitution de ces éléments essentiels fixés dans les particules d’hydro-rétenteur se fait principalement en direction de la plante. Le relâchement dans le support de culture est infinitésimal, et dépend des conditions du milieu (Nature du sol, température, évapotranspiration).

 5) Difficultés particulières et précautions éventuelles à prendre

La technologie est très simple à utiliser et ne présente aucune difficulté particulière à mettre en place.
Cependant, elle est très récente. Il peut donc exister des effets secondaires encore inconnus à ce jour. Il faut de plus considérer que les populations locales pourront avoir du mal à renouveler leur stock d’hydro rétenteur.

 6) Principaux avantages et inconvénients

a) Avantages

Ils sont nombreux et ceux dans plusieurs domaines :

Lutter contre la désertification et restaurer les équilibres écologiques :

- économise au minimum de 50% les apports en eau
- limite les pertes par évaporation et percolation
- a une durée d’action dans le sol de 3 à 5 ans selon le nombre de bactéries présentes
- fait office de régulateur thermique pour les racines de la plante, en favorisant une température du sol inférieure de plusieurs degrés à celle de l’air ambiant
- développe des productions végétales dans des zones climatiquement intéressantes pour leur précocité mais techniquement difficiles (manque ou irrégularité d’eau, sol sableux..)
- lutte contre les phénomènes d’érosion, de détérioration et de désertification des sols par la revégétalisation de zones arides
- aide à la reforestation et à la végétalisation de zones présentant des sols pauvres ou mal exposés
- favorise la fixation des dunes en zone côtière ou désertique
- décompacte et améliore la porosité des sols et composts
- aère le milieu de culture par une meilleure circulation d’air et par la capacité du produit à libérer de l’oxygène

Economiser et mieux gérer les ressources en eau douce :

- économise au minimum 50% l’eau, car doté de paroi semi-perméable permettant d’absorber de 160 à 500 fois son poids sec initial
- permet à la plante d’extraire jusqu’à 95% de l’eau contenue dans les cristaux solides selon le niveau et le rythme de ses besoins dans le temps
- réduit les pertes d’eau par évaporation et percolation, plus de 85% sont mis à disposition du végétal
- limite le lessivage des engrais et la pollution d’eau en surface
- restreint l’infiltration des nitrates et la pollution chimique des nappes phréatiques
- diminue les effets néfastes de la salinité ou de l’insalubrité des eaux usées utilisées pour l’irrigation
- réduit les coûts énergétiques au pompage de l’eau et à la conduite de l’eau d’irrigation.
- pare à des conditions hydriques naturelles irrégulières dans le temps

Favoriser le développement des végétaux

- réduit le stress hydrique et les carences nutritives des végétaux
- optimalise la résistance de la plante aux maladies
- amplifie la croissance des masses racinaire et foliaire de 3 à 5 fois, permettant ainsi une plus grande création de matière sèche et une meilleure résistance aux aléas climatiques.
- renforce la culture sur des sols où le taux de salinité peut détruire ou bloquer la croissance des plantes
- optimalise l’efficacité pour la plante des intrants apportés pourtant en plus faible quantité, avec un gain de temps dans le cycle du végétal et un retour sur investissement plus rapide
- accélère les cycles de production permettant ainsi des programmes très efficients
- augmente quantitativement et qualitativement les volumes de production
- allège le compte d’exploitation par les économies induites d’eau (50% et plus), de fertilisation et les traitements phytosanitaires (30% et plus)
- économie d’énergie de matériel de pompage (50%), et de remplacement des végétaux morts après transport ou transplantation.

b) Inconvénients

L’hydro rétention par polymère est une technologie assez récente. Son principal inconvénient est donc son coût qui peut devenir rapidement très élevé si l’on doit traiter de gros volumes (les doses à utiliser sont indiquées plus bas).

 7) Coût

Coût : environ 40€ le kilo en France pour un sac de 5 kilos (il existe de plus gros sacs).
Il convient de renouveler les hydro rétenteur tous les 3 à 5 ans.

 8) Lieux ou contextes dans lesquels ce moyen parait le mieux adapté

Utilisation préconisée pour les cultures en serre, en pépinière, de pleine terre, industrielles et/ou maraîchères, espaces verts, terrains sportifs, parcs, golfs, gazon en semis et placage, massifs floraux de pleine terre, plantation des arbres et arbustes, repiquage de jeunes plants, reforestation de zones arides (dune), repeuplement forestier, substrats de toute nature destinés aux semis, aux plantes en pots ou conteneurs, aux cultures hors-sol, à la végétalisation de zones en pente (talus, versant de colline, terrils).

 9) Recommandations et suggestions pour l’utilisation

Les doses d’utilisation préconisées ci-dessous pour certaines applications, peuvent être modulées pour tenir compte du climat local, de la nature, de la taille et de l’âge du végétal, de la nature du sol ou du support de culture, du taux de rétention en eau de l’hydro-rétenteur utilisé (cette valeur variable selon le PH de l’eau sera établie sur la zone de culture) ; du stock hydrique nécessaire à la plante en regard de ses besoins, de la fréquence et du mode d’irrigation, des objectifs de production visés et bien sûr du budget disponible.

Important : Ces valeurs sont seulement des indications et doivent être considérées en tant que telles. Elles peuvent différer selon les marques et sont précisées sur les notices des produits.

Substrats (utilisés dans la multiplication et le développement d’espèces fruitières, légumières,
florales, et ornementales pour des cultures en pépinières, semis de graines, pots, conteneurs, jardinières et hors sol) :
2 g par litre de substrat incorporés de manière homogène.

Repiquage (de jeunes plants forestiers, floraux, fruitiers, maraîchers et ornementaux) : environ 5 à 10 g par pied dans le trou de plantation.
Plantation d’arbres tiges de haute taille (après calcul du volume du trou de plantation et du stock hydrique nécessaire) Environ 2g par litre de terre (ne compter que la terre utile au développement racinaire de l’arbre).
Cultures de pleine terre où l’application se fera à la main ou avec un épandeur mécanique pour les espèces semées : De 20 à 100g par M² apportés avec la semence, à la volée ou localisés dans le sillon de culture.

Pour les espèces plantées, plantes annuelles, bi-annuelles, vivaces, porte-greffe, plants forestiers de 2 à 5 g par plant dans
le trou de plantation.

Pralinage des végétaux à racines nues, une technique d’application préconisée pour la protection racinaire contre la dessiccation lors des stockages et transports et I’amélioration de la reprise après transplantation de la plante, 1 kg d’hydro-rétenteur mélangé à 150/200 litres d’eau (selon PH) formera un gel dans lequel seront plongées les racines nues de la jeune plante. On saupoudre l’hydro-rétenteur à sec sur les racines nues en ayant auparavant humidifié les racines.

 10) Où s’adresser pour trouver davantage d’informations - Bibliographie

- Canalblog : article sur les caractéristiques et le prix d’un exemple d’hydrorétenteur : le Biosup
 http://hydroretenteur.canalblog.com/
- PolyterFund Development : même type d’article, mais plus court sur un autre produit : le Polyter
http://www.polyter.net/Fr/Dev.html


Contributions à cette fiche

Ajouter votre contribution

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Autres fiches
image par defaut
E28 - Les divers types de puits et de forages. Généralités
image par defaut
E29 - Les puits creusés (à la main)
image par defaut
E30 - Les puits foncés (avec de petits outils rotatifs de forage)
image par defaut
E31- Les forages
image par defaut
E32 - L’importance et les moyens de la maintenance des puits et forages
image par defaut
E33 - Les moyens de réhabilitation d’anciens puits ou forages
image par defaut
E34 - Remise en service et désinfection des puits
image par defaut
E35 - Les principaux types de pompes à main. Fiche générale
image par defaut
E36 – Avantages et inconvénients des pompes à main. Comment les choisir et les entretenir ?
image par defaut
E37- Présentation de quelques modèles de pompes à main assez répandus
image par defaut
E38 - Les pompes à corde
image par defaut
E39 - Les pompes à pédale à transmission hydraulique
image par defaut
E40 - Les pompes motorisées
image par defaut
E41 - Les pompes solaires
image par defaut
E42 - Les pompes à énergie éolienne
image par defaut
E43 - Les pompes à énergie hydraulique ( bélier hydraulique)
image par defaut
E57 - Les différents types de pompes pour l’irrigation des champs ou des cultures maraichères
image par defaut
E58 - Les pompes spécifiques à bas prix et à double pédale pour l’irrigation
image par defaut
E59 - Les pompes à traction animale pour l’irrigation
image par defaut
E44 - Les Bornes fontaines
image par defaut
E45 - Hydraulique villageoise : la création de mini réseaux de distribution d’eau
image par defaut
E46 - La construction de réseaux gravitaires à partir de sources ou d’étendues d’eau en hauteur
image par defaut
E47 - Les branchements privés à un réseau et les branchements sociaux
image par defaut
E48 - Normes de construction des réseaux ou des ouvrages : simplifications et allègements souhaitables en milieu rural ou périurbain défavorisé
image par defaut
E49 - Comment amener et distribuer de l’eau dans les zones périurbaines défavorisées et les bidonvilles ? Rôle spécifique des petits opérateurs privés locaux et des communautés
image par defaut
E49a - L’eau potable dans les quartiers periurbains précaires et les bidonvilles : situation actuelle et problématique
image par defaut
E49b - L’eau potable dans les quartiers periurbain précaires et les bidonvilles : Les moyens techniques d’adduction de l’eau
image par defaut
E49c - L’eau potable dans les quartiers periurbains précaires et les bidonvilles : les divers modes de distribution de l’eau à leurs habitants
image par defaut
E49d - L’eau potable dans les quartiers periurbains précaires et les bidonvilles : principales méthodes de gestion et de gouvernance
image par defaut
E50 – Cultures maraîchères et jardins potagers communautaires.Comment les créer et les gérer ?
image par defaut
E51 - Les moyens d’irrigation des jardins potagers communautaires et des cultures maraîchères
image par defaut
E52 - Les techniques d’irrigation simples et efficaces
image par defaut
E53 - La micro-irrigation. Le procédé « goutte à goutte »
image par defaut
E54 - L’irrigation par tuyaux souples (PVC) résistant aux rayons ultra-violets
image par defaut
E56 - L’irrigation par recyclage d’eaux usées