Des solutions simples et économiques pour 2,5 milliards de personnes n’ayant pas de l’eau saine

icone Nous soutenir icone Connexion

en es

Identification

Ouvrez un compte gratuit

Et profiter de tous les services en ligne de WikiWater pour tous les porteurs de projets
J'ouvre un compte
Wikiwater
Bouton menu

en | es

E30 - Les puits foncés (avec de petits outils rotatifs de forage)

 1) De quoi s’agit-il ?

Un puits foncé est un puits creusé verticalement par enfoncement direct d’un tubage. C’est un ouvrage de captage consistant en un tube perforé à bout pointu, qui est enfoncé selon différentes techniques jusqu’à la nappe phréatique, dans un sol meuble ou de dureté moyenne.
On parle aussi de puits instantané ou de puits à pointe filtrante.

Il existe différentes techniques de fonçage :
- Le fonçage par battage
- le fonçage par injection d’eau
- Le fonçage par havage

 2) Qui utilise surtout ce moyen et depuis quand ? 

Les puits foncés sont encore fréquents aujourd’hui.
Ils sont assez répandus en amérique du nord, en asie du sud est et en afrique.

 3) Pourquoi ?

Ces techniques le plus souvent manuelles permettent de fournir de l’eau potable à des communautés isolées qui ne sont pas couvertes par les services nationaux ou régionaux d’alimentation en eau et qui ne peuvent trouver le financement nécessaire pour un forage mécanisé.

 4) Qui est surtout concerne ?

Ce sont les populations vivant dans les régions rurales où il y a suffisamment de ressources en eau souterraine.

 5) En quoi consiste ce procede ? Comment est-il mis en œuvre ?


 Photo WEDC

Ils sont construits par fonçage, c’est à dire l’enfoncement d’un tubage dans la terre friable, comme le sable ou le gravier. Un filtre (appelé crépine) est très souvent fixé à la partie inférieure de la conduite et a pour fonction de permettre le passage de l’eau, tout en retenant le particules fines du terrain (sable, autres particules).

 

Exemple de crépine (filtre à pointe), document de l’ oms/who

 
Fonçage photo fondation practica

a) Le fonçage par battage (ou par percussion)

Pour enfoncer le tube dans le sol, la technique consiste à utiliser un outil très lourd (le trépan) fixé à une corde ou un câble. Le trépan est alternativement soulevé et relâché pour le laisser retomber sur le tube à l’extrémité duquel se trouve un embout conique pour fragmenter le terrain.
La hauteur et la fréquence de chute varient suivant la dureté du terrain. Il faut aussi que ce terrain soit dépourvu de pierres ou de roches.
Si le trou risque de s’effondrer, un prétubage doit être mis en place et enlevé lors de la mise en place du tubage définitif.
Ce procédé permet de creuser des puits de petit diamètre (25 à 100 mm) à des profondeurs inférieures à 15 m ou 20 m en fonction de la dureté du sol.

b) Fonçage par injection d’eau (lançage à l’eau)

Le procédé consiste à injecter de l’eau sous pression à l’intérieur d’un tube. On utilise une moto pompe pour avoir une pression suffisante. L’eau ressort au fond du trou à l’extérieur des parois du tube et remonte à la surface du sol sous forme d’une boue contenant les déblais du terrain. Le tube descend et on peut enfoncer les tronçons successifs du tube jusqu’à la profondeur souhaitée.
Ce procédé permet de creuser des puits jusqu’à une profondeur de l’ordre de 30 à 40 m.


Documents de la fondation practica


c) Le fonçage par havage

Ce procédé est aussi connu sous le nom de procédé benoto.
Le havage consiste à construire un ouvrage circulaire (gros tubage) sur le sol, puis à creuser à l’intérieur de celui-ci pour le faire descendre progressivement.
Dans ce type de fonçage d’un puits, le tube de gros diamètre pénètre dans le sol sous l’effet de son propre poids. On creuse la terre à l’intérieur soit manuellement soit avec une benne mécanisée qui vide l’intérieur du tubage. Le poids du tubage le pousse à descendre à mesure que le creusage s’effectue.
Ce procédé permet de creuser des puits de diamètre important (plusieurs mètres) à une profondeur de 15 à 20 mètres.

 6) Difficultés particulières et remèdes 

Ces puits ne peuvent que puiser l’eau à faible ou moyenne profondeur (moins de 40/45 m). Comme ils sont peu profonds, ils sont plus exposés à la contamination et à l’assèchement pendant des périodes de sécheresse.
Le choix technique entre les différents procédés de fonçage dépend de plusieurs paramètres :
- Les caractéristiques géologiques des terrains à creuser : roches dures, roches tendres et friables, terre sableuse,…
- La profondeur à atteindre (en fonction de la profondeur de la nappe phréatique)
- Le diamètre souhaité
- Le débit attendu

 7) Principaux avantages et inconvenients

Les différents procédés ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

a) Fonçage par battage (ou par percussion)

Avantages :
- Permet de creuser des sols assez durs ou des terrains fissurés
- Investissement matériel peu coûteux

Inconvénients :
- Vitesse faible de creusement
- Procédé pas adapté à des terrains instables 

b) Fonçage par injection d’eau (lançage d’eau)

Avantages :
- Procédé rapide si le terrain est approprié (sols alluvionnaires, sables peu compacts, argile tendre)

Inconvénients :
- Une grande quantité d’eau est nécessaire
- Motopompe indispensable 

c) Fonçage par havage

Avantages :
- Permet le creusement de puits de grands diamètres
- Procédé rapide dans des sols meubles
- Adapté aux terrains instables et en présence d’eau

Inconvénients :
- Inadapté aux terrains durs ou comportant des roches ou grosses pierres
- Profondeur limitée des puits creusés avec ce procédé 

 8) Coût

Les coûts d’un puits foncé varient en fonction de la géologie du lieu, de la technique employée et de la finalité du puits (volume d’eau par jour). La fourchette est large.
Pour un puits foncé avec des moyens manuels, le coût de creusement se situe entre 100 et 2000 euros.

 9) Observations, recommandations et suggestions

On confond parfois puits foncé ( ou puits instantané) et puits foré qui utilisent des procédés similaires notamment, le battage ou la percussion et le lançage à l’eau (voir la fiche e 31 sur les puits forés).
Ce qui caractérise le puits foncé, c’est que l’on enfonce directement un tube équipé en bout d’une crépine d’où le nom de puits instantané.

 10) Où trouver davantage d’ informations ?

- OMS/WHO : manuel du technicien sanitaire
http://whqlibdoc.who.int/publicatio...
- Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario : les puits d’eau en milieu rural
http://www.omafra.gov.on.ca/french/...


Contributions à cette fiche

Soyez le premier à écrire une contribution sur cette fiche
Autres fiches
image par defaut
E28 - Les divers types de puits et de forages. Généralités
image par defaut
E29 - Les puits creusés (à la main)
image par defaut
E31- Les forages
image par defaut
E32 - L’importance et les moyens de la maintenance des puits et forages
image par defaut
E33 - Les moyens de réhabilitation d’anciens puits ou forages
image par defaut
E34 - Remise en service et désinfection des puits
image par defaut
E35 - Les principaux types de pompes à main. Fiche générale
image par defaut
E36 – Avantages et inconvénients des pompes à main. Comment les choisir et les entretenir ?
image par defaut
E37- Présentation de quelques modèles de pompes à main assez répandus
image par defaut
E38 - Les pompes à corde
image par defaut
E39 - Les pompes à pédale à transmission hydraulique
image par defaut
E40 - Les pompes motorisées
image par defaut
E41 - Les pompes solaires
image par defaut
E42 - Les pompes à énergie éolienne
image par defaut
E43 - Les pompes à énergie hydraulique ( bélier hydraulique)
image par defaut
E57 - Les différents types de pompes pour l’irrigation des champs ou des cultures maraichères
image par defaut
E58 - Les pompes spécifiques à bas prix et à double pédale pour l’irrigation
image par defaut
E59 - Les pompes à traction animale pour l’irrigation
image par defaut
E44 - Les Bornes fontaines
image par defaut
E45 - Hydraulique villageoise : la création de mini réseaux de distribution d’eau
image par defaut
E46 - La construction de réseaux gravitaires à partir de sources ou d’étendues d’eau en hauteur
image par defaut
E47 - Les branchements privés à un réseau et les branchements sociaux
image par defaut
E48 - Normes de construction des réseaux ou des ouvrages : simplifications et allègements souhaitables en milieu rural ou périurbain défavorisé
image par defaut
E49 - Comment amener et distribuer de l’eau dans les zones périurbaines défavorisées et les bidonvilles ? Rôle spécifique des petits opérateurs privés locaux et des communautés
image par defaut
E49a - L’eau potable dans les quartiers periurbains précaires et les bidonvilles : situation actuelle et problématique
image par defaut
E49b - L’eau potable dans les quartiers periurbain précaires et les bidonvilles : Les moyens techniques d’adduction de l’eau
image par defaut
E49c - L’eau potable dans les quartiers periurbains précaires et les bidonvilles : les divers modes de distribution de l’eau à leurs habitants
image par defaut
E49d - L’eau potable dans les quartiers periurbains précaires et les bidonvilles : principales méthodes de gestion et de gouvernance
image par defaut
E50 – Cultures maraîchères et jardins potagers communautaires.Comment les créer et les gérer ?
image par defaut
E51 - Les moyens d’irrigation des jardins potagers communautaires et des cultures maraîchères
image par defaut
E52 - Les techniques d’irrigation simples et efficaces
image par defaut
E53 - La micro-irrigation. Le procédé « goutte à goutte »
image par defaut
E54 - L’irrigation par tuyaux souples (PVC) résistant aux rayons ultra-violets
image par defaut
E55 - L’irrigation par hydrorétenteurs d’eau en cristaux polymères gonflants biologiques
image par defaut
E56 - L’irrigation par recyclage d’eaux usées